Moucharabieh
Oiseau la huppe
Textographie Simorg
Textographie Simorg
Voliere du Simorg
oiseau 

Vous êtes le ème oiseau de la volière mondiale à se poser ici...

 

 

 

Le mythe d’un oiseau ressemblant au phénix, symbole de l'âme renaissant de ses cendres, se réincarnant à partir de la matière renouvelée, se retrouve dans de nombreuses mythologies de par le monde, et spécialement dans cette légende persane, quasi alchimique...
Sur le Demâvend ( Elbourz, Perse, 6200m ) se tenait le grand Phénix Simurgh dont un œil regardait le passé et un autre l’avenir...
Une autre tradition, moins localisée, place le fameux Simurgh (Simorg ou Simorgh), le roi des oiseaux, au sommet de la montagne cosmique Qaf.
Farid-ed-dîn Attâr rapporte qu’un groupe nombreux d’oiseaux, cherchant leur roi, partirent en voyage, et traversèrent de nombreux obstacles au cours desquels la plupart laissèrent la vie. Arrivés peu nombreux en haut de la montagne, ils comprirent que le Roi recherché s’était identifié à chacun d’entre eux, en était leur synthèse accomplie.

phoenix

La conférence des oiseauxest une oeuvre majeure de la littérature persane écrite par Farid Al-Din Attâr, poète sufi du douzième siècle. Une cohorte d'oiseaux sont à la recherche de leur roi, le mystérieux Simorgh, un oiseau si beau qu'aucun regard humain ne peut en soutenir la vue.


La huppe et le passereau
 

Tous les oiseaux, connus et inconnus, se réunirent un jour pour constater qu'il leur manquait un roi. Exhortés par la huppe, messagère d'amour, ils décidèrent de partir à la recherche de l'oiseau-roi Simorg, symbole de Dieu dans la tradition mystique persane. Après un voyage plein de dangers, et après avoir parcouru les vallées du désir, de la connaissance, de l'amour, de l'unité, de l'extase, de la stupeur.., les trente survivants connurent l'ultime révélation : le Simorgh était leur propre essence, jusqu'alors enfouie au plus profond d'eux mêmes.

Les oiseaux rejoignent finalement la demeure du Simorgh et le cheminement se termine dans la paix. L’histoire des oiseaux est un récit symbolique qui met en scène la marche du pèlerin mystique à la recherche de Dieu sous la forme d’un voyage d’oiseaux tentant d’atteindre le Simorgh, leur souverain. L’histoire commence ainsi : les oiseaux se rassemblèrent pour élire un roi mais la sage huppe les stoppa, leur disant qu’ils avaient déjà un souverain, Simorgh. Les oiseaux décidèrent alors de partir à sa recherche. La huppe les mit en garde : le voyage jusqu’au roi demandait d’immenses efforts et de grands sacrifices. Les oiseaux devaient traverser sept étapes, sept vallées périlleuses, avant d’arriver au but. Les paroles de la huppe effrayèrent plusieurs des oiseaux qui se désistèrent, quant aux autres, ils se lancèrent avec passion dans le voyage. Ils commencèrent alors ainsi un cheminement difficile et dangereux qui les mena finalement jusqu’à la demeure du Simorgh, située sur le Mont Qâf de la Vérité. Pour ce voyage, ils élirent la huppe, qui avait de longues années durant vécu et appris sous la coupe du roi-prophète Salomon, - qui symbolise l’âme -, pour être leur guide. "La première vallée qui se présente est celle de la recherche (talab) ; celle qui vient ensuite est celle de l’amour (‘ishq), laquelle est sans limite ; la troisième est celle de la connaissance (ma’rifat) ; la quatrième celle de l’indépendance (istighnâ’) ; la cinquième celle de la pure unicité (tawhid) ; la sixième celle de la terrible stupéfaction (hayrat) ; la septième enfin celle de la pauvreté (faqr) et de l’anéantissement (fanâ’), vallée au-delà de laquelle on ne peut avancer."

La quête du Simorg est une aventure intérieure, tant personnelle que collective? Reposerait-elle sur la plénitude et le développement des organisations tant individuelles que collectives, tant intérieures que formelles,...
Le Tout sera-t-il plus que la somme de ses parties?

 
  

 

 

 

 

 

 

 

 

Que votre vision embrasse le monde au lieu de la confiner à vous-même.
(Bahá’u’lláh)

Les oiseaux et les mythes, passagers éphémères, volent de mémoire en mémoire. L'homme est une branche où parfois l'oiseau se pose... »