Le mythe d’un oiseau ressemblant au phénix, symbole de l'âme renaissant de ses cendres, se réincarnant à partir de la matière renouvelée, se retrouve dans de nombreuses mythologies de par le monde, et spécialement dans cette légende persane, reflet des enseignements sacrés irriguant cycliquement le monde, sans exclusive de race, lieu ou culture.

Cette épopée révèle un archétype de l'inconscient collectif et illustre le voyage de l'esprit, de la conscience s'incarnant et évoluant successivement dans des formes de plus en plus abouties.
Elle a pris sa source ( à notre connaissance ) dans la légende chinoise du Phoenix, est passé dans le monde Zoroastrien en Perse (sur le Demâvend - Elbourz, se tenait le grand Phénix Simorgh dont un œil regardait le passé et un autre l’avenir..), puis dans les traditions sémitiques (Simorgh ou Simurgh, roi des oiseaux, au sommet de la montagne cosmique Qaf ), pour être enfin adaptée au goût des envahisseurs islamiques par le grand initié persan ATTAR, dit le parfumeur, au XIIéme siècle.
Cette « logique ou langue des oiseaux » est dépositaire d'un savoir différent de notre pensée habituelle tout l'art du poète suggére l'indicible, le secret caché derrière le rideau, art paradoxal de fusion quasi alchimique des bribes de l'être…

Farid-ed-dîn Attâr rapporte qu’un grand groupe d’oiseaux, à la recherche de leur roi, le mystérieux Simorg, un oiseau si beau qu'aucun regard humain ne peut en soutenir la vue, partirent en voyage, et traversèrent de nombreux obstacles au cours desquels la plupart laissèrent la vie. Arrivés peu nombreux en haut de la montagne, ils comprirent que le Roi recherché s’était identifié à chacun d’entre eux, en était leur synthèse accomplie.

"Un jour se réunirent tous les oiseaux du monde, connus et inconnus. Ils éprouvèrent le désir de se donner un roi.
La huppe leur tint à peu près ce langage :
« Nous avons un roi légitime.., son nom est Simorg...
le lieu qu'il habite est inaccessible, et il ne saurait être célébré par aucune langue...
Chose étonnante ! Ce qui concerne le Simorg commença à se
manifester en Chine au milieu de la nuit... »
Et les oiseaux de décider de l'avoir pour souverain.
Mais la route est longue et lointaine... »
.
De nombreuses vallées mènent au lointain Simorg.
Certains trouveront leur bien dans la vallée de l'amour ou de la connaissance, d'autres dans la vallée de l'indépendance,
d'autres encore dans la vallée de l'unité ou de la stupeur.
Mais la dernière vallée est aussi à franchir,
celle de la pauvreté et de l'anéantissement.

« Mon discours est sans parole, sans langue et sans bruit;
comprend-le sans esprit et entend-le sans oreille »
- Attâr